• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



de Richard Brautigan
Mise en scène de Hervé Falloux
Avec Jean-Baptiste Quiot, Verena Gros, Alexis Verdier, Thomas Robein, Kévin Poli, Aurélien Balion

Un Privé à Babylone, un polar de série B adapté au théâtre dans une mise en scène burlesque et interprété par une bande de comédiens déjantés à se perdre entre rires et fous rires.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Le 23/04/2013
19h.
Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple
75011 PARIS
Métro Belleville ou Goncourt
Réservations :
01 48 06 72 34
Site Internet
L'adaptation du roman de Richard Brautigan par Hervé Falloux et Jean-Baptiste Quiot, un jeu du chat et de la souris entre policiers et malfrats pris dans l'étau de la roulette russe d'une histoire invraisemblable racontée au pluriel.

Ce roman de Richard Brautigan écrit en 1981, un recel de sous-entendus empêtrés dans une succession d'épisodes anecdotiques où le personnage central, un rien épique, se montre à pic.

Théâtre d'action, texte d'affabulation, la mise en scène est actionnée calibre Smith & Wesson.

Résumé. Card, détective privé et paumé, vit de cloche et de fainéantise. Un jour, une affaire lui est proposée, il doit se procurer un revolver car son calibre 38 fait juste clic. Demandant de l'aide à son vieux copain Pilon, ce dernier lui prête son 32 chargé. Sa mission, dérober le cadavre d'une putain assassinée le matin même et l'amener au cimetière du Saint-repos. L'affaire ne sera pas de tout repos, s'ensuivront une farandole de rebondissements cocasses.

Hervé Falloux s'est bien inspiré de conserver intact l'esprit du roman, en respectant la teneur des répliques et l'intensité imposée par le rythme soutenue de cette écriture si peu adaptée sur les scènes de l'hexagone. Si le parcours de Brautigan a été marqué par des séismes existentiels, son œuvre a le mérite d'être intègre et fidèle à ses intentions.

La révélation de Card, anti-héros malgré lui, s'ajuste au rêve américain traduit sur le ton de la misère. Monté en auto-dérision, le personnage interprété par Jean-Baptiste Quiot donne l'impression d'un homme aguerri aux turpitudes balayant le quotidien de toute velléité extérieure. Sous un imper crasseux, le détective promène une dégaine à lui jeter le cent par pitié.

En le regardant de plus près, n'y a-t-il pas un peu de Brautigan à ses heures les plus sombres ? L'histoire ne le dira pas car l'orientation de la mise en scène rappelle la dernière bande dessinée de Jason Shiga, Bookhunter. Un album où le délire monte en puissance de bulle en bulle avec la création d'une unité de police chassant les criminels qui auraient omis de restituer des livres empruntés aux bibliothèques. In situ, le détective se voit contraint de voler un cadavre à la morgue et, de facto, se trouve confronté à des voyous de peu d'envergure.

A l'action, s'articule une mécanique de situations aussi ubuesques les unes que les autres représentées par des personnages de polar de série B. Des braves gars voués à l'échec de toute entreprise engagée sans être réfléchie. Leur salut viendra dans la fuite, si fuite probante, il y a. Le ton s'accorde à la popularité de l'esprit voulu dans le roman, aux érections couvertes succèdent des éructations découvertes. Il fallait oser le faire, Falloux & Co Idyl'Hic l'ont fait. Pour preuve, le public s'est pris au jeu et n'a eu de cesse de s'égosiller en rires et fous rires.

Pièce à six comédiens parodiant une multitude de personnages dessinés sur la couverture d'un polar qui aurait pu être signé Burma, Embrouilles à l'IML.

Pièce décalée, mélange des humours, chacun tient son calibre avec conviction et déraison. Un Privé à Babylone a été présenté sur la scène du Théâtre 13 avant d'aller dégourdir le public au Off 2013 en Avignon.
Mis à jour le 24/04/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE