• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Décollage immédiat de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle pour trois jeunes femmes en partance pour l’Inde.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 07/03/2013
au 31/03/2013

Jeudi, vendredi, samedi à 19h, dimanche à 15h.
Le Grand Parquet
35 rue d'Aubervilliers
Jardin d'Eole
75018 PARIS
Métro La Chapelle (2)
Réservations :
01 40 05 01 50
commander_100x30_02.gif
Site Internet
Vivre à Paris, c’est l’esquisse d’un voyage dessiné en vingt carnets de route où se croisent des communautés ethniques localisées par régions du monde. Parcours initiatique à la découverte de cultures, de religions, de modes de vie différents, d’odeurs épicées. Des regards croisés qui suscitent interrogations et curiosités, des mains jamais tendues par crainte. De quoi d’ailleurs ? Les yeux parlent pour le cœur quand la langue fait barrage à toute tentative d’échanges. Jusqu'au jour où un petit quelque chose se décroche de la réalité et pousse l’envie d’aller passer un séjour dans l’un de ces pays du bout du monde.

Fascination et imagination s’imbriquent dans un lent processus de réflexion et de préparation synonyme de recherche documentaire. Direction la bibliothèque de quartier pour emprunter des guides touristiques aux pages cornées par de potentiels ex-prétendants au go away. On interroge les collègues de bureau et les connaissances plus ou moins rapprochées en abordant le voyage espéré par des sous-entendus. Une façon détournée de se rassurer en prenant au passage des réponses évasives : "Vous en avez de la chance de partir là-bas; moi, j’aimerai bien y aller aussi".

La réalité ne s’arrête pas sur le pallier de l’appartement, la porte fermée à double tour. Les recommandations lues dans le guide du routard ne sont pas restées vaines d’intérêt dans l’emballage des fringues, des produits à transporter dans la trousse de toilette et des babioles inutiles se joignant à l’utile dans les bagages.

L’arrivée à l’aéroport stimule les sens, lesquels rappellent à l’individu qu'avant d’être touriste, il est passager de sa propre existence.

Pitch. Trois jeunes femmes se rencontrent dans la salle d’embarquement de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle et font ouvertement connaissance avant de monter dans l’avion. Des vies froissées dans le solo de leur existence, des destins séparés et partagés par des convictions personnelles et peut-être contraire à elles-mêmes au fond. L’Inde, une destination choisie pour oublier le passé et le présent.

De Paris à New Delhi, les espoirs et les préjugés se frottent aux idées reçues en amont. Leur périple, un cocktail de naïveté et d’introduction à la découverte de leur véritable nature.

La scénographie, un rien sobre et dématérialisée. Un paravent articulé défile en front de scène avec les marionnettes des trois Occidentales idéalisées au plus près de la réalité. Ledit paravent soulignera ses passages avec l’évolution de la pièce. Le choix des marionnettes est judicieux car elles projettent les apparences extérieures des personnages caricaturés et invitent à deviner ce qu'ils ressentent intérieurement. L’homme dessoudé de son environnement immédiat devient un pantin manipulé par des ficelles invisibles et trouve pour seul ressort un idéal construit sur les fondements d’un matérialisme social et contemporain.

Zazie Hayoun frappe fort dans la mise en scène en montrant trois personnalités opposées et sensiblement complices. Lesquels se rendent la réplique entre rappel du présent et nostalgie, insouciance et fuite en avant. Bien que la satire chemine credo faisant, il y a une mécanique subtile qui actionne le conditionnel et l’intemporel. La notion de spiritualité est présente sans être pesante, elle se veut aussi discrète que peuvent l’être les autochtones qui en véhiculent ses arcanes.

Habituée de l’Inde depuis de nombreuses années, Zazie pose sans imposer les clichés occidentaux. La magie de cette histoire se répand sur scène grâce aux interprétations prononcées de Noémie Delavennat, Melinda Gillet et de Claire Prévost. Chacune dans un registre individualisé sème le vent et récolte le talent. Comédiennes de culture occidentale, elles transmettent les essences poétiques de la culture indienne avec aisance et bonheur car elles jouent vrai.

Les Indiens rient pas comme nous, une jolie fable des temps modernes de Zazie Hayoun, interprétées par Noémie Delavennat, Melinda Gillet, Claire Prévost et Zazie Hayoun sur la scène du Grand Parquet.

"Les sens, dit-on, sont puissants ; l’esprit est plus fort que les sens ; la raison est plus forte que l’esprit. Mais ce qui est plus fort que la raison, c’est elle”, Le Bienheureux, extrait de la Bhagavad-gîta.
Mis à jour le 11/03/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE