• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



L'Empereur d'Atlantis
La Croix-Rousse (LYON)
de Viktor Ullmann, Petr Kien
Mise en scène de Jean-Michaël Lavoie, Richard Brunel
Avec Christian Miedl (baryton), Stephen Owen (basse), Lucy Schaufer (alto-mezzo soprano), Rui Dos Santos (ténor), Ivi Karnezi (soprano), Baptiste Mouret (basse), Orchestre de l'Opéra de Lyon, Catherine Puertolas (flûte), Frédéric Tardy (hautbois), Sandrine Pastor (clarinette), Sergio Menozzi (saxophone), Pascal Geay (trompette), Guillaume Séré, Yi-Ping Yang (percussions), Futaba Oki, Agnès Melchior (claviers), Bruno Simon (guitare / banjo), Kazimierz Olechowski, Karol Miczka (violons), Daniel Formentelli (alto), Ewa Miecznikowska (violoncelle), Cédric Carlier (contrebasse)

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 12/02/2013
au 17/02/2013

Mardi, mercredi, jeudi, samedi à 20h, dimanche à 15h.
La Croix-Rousse
Place Joannès-Ambre
69004 LYON
Réservations :
04 72 07 49 49
Site Internet
Avant toute critique, il faut replacer l’œuvre dans son contexte historique. Cet opéra de Viktor Ullmann, compositeur tchèque, élève d'Arnold Schœnberg, a été composé dans le camp de Terezin où il avait été déporté par les nazis. Là, aussi surprenant que cela puisse paraître, étaient rassemblés de nombreux artistes, qui participaient à la création d'une vie musicale de très haute qualité. C’est dans ce cadre qu’est né L’Empereur d’Atlantis, dont la fable a été imaginée par le librettiste Petr Kien, un autre déporté. L’histoire, qui se déroule dans une contrée imaginaire, Atlantide, où la Mort dépassée par les prouesses criminelles de l’Empereur Overall, refuse désormais de lui prêter ses services, fait donc sans cesse allusion au régime hitlérien. L’œuvre fut longuement répétée à Terezin, avant d'être interdite de création. Viktor Ullmann et Petr Kien moururent dans une chambre à gaz d'Auschwitz le 18 octobre 1944. Et c’est seulement en 1975 que l’opéra fut créé à Amsterdam.

Aujourd’hui, Richard Brunel, directeur du Centre dramatique national de Valence, le porte à la scène avec la complicité de l’Opéra de Lyon. Il opte pour une mise en scène très théâtrale, dans laquelle musiciens et comédiens cohabitent dans le même espace scénique. Les premiers participent ainsi pleinement au jeu, se déplaçant même au cours de la représentation, ce qui dynamise la mise en scène, tout en faisant sens au sein de la fiction. Les instruments bien visibles sur le plateau, ainsi que les voilages noirs qui créent un jeu sur le montré-caché et séparent l’espace en deux, contribuent à la beauté de la scénographie. Tous les effets qui s’y ajoutent sont simples, mais féeriques, à l’instar la neige qui tombe soudain sur les protagonistes. C’est donc un bel opéra, un beau conte aussi, qui montre comment les hommes peuvent devenir des monstres, au point de concurrencer la Mort elle-même. La réflexion sur la vanité de l’Homme, sur l’horreur des régimes totalitaires et sur l’absurdité de la guerre est ainsi au cœur de l’intrigue. Tout serait parfait si la musique, classée à la confluence de Kurt Weill, Gustav Malher, Bach, Schœnberg, Mendelssohn et Joseph Suk, de la polyphonie et du jazz, n’était pas aussi dissonante. Jamais, ou rarement, les voix et l’orchestre sont à l’unisson ; la musique ne nous émeut pas, faute de cette harmonie qui caractérise les grands moments d’opéra. Le texte chanté en allemand, langue du livret, contribue également à nous laisser hermétiques à la partition. Mais c’est un sentiment très personnel, qui n’enlève rien à la qualité de l’ensemble.

Quand on sait qu’Ullmann, pressentant son départ vers Auschwitz en octobre 1944, confia les manuscrits de ses œuvres à un autre prisonnier, Emil Utitz, le priant, s’il ne revenait pas, de les donner à Hans-Günther Adler, un ami pragois, chez le fils duquel le chef d’orchestre britannique Kerry Woodward trouva en 1972 la partition de cette œuvre "empreinte d’humanisme et de tragédie, qui fait référence à la mort en tant que libération et paradoxalement à la Commedia dell’arte en tant que désespoir", qu’il porta à la scène pour la première fois à Amsterdam trois ans plus tard, on se dit que le Destin y est pour quelque chose, qu’il fallait que cet opéra soit vu et que la Mort a bel et bien été neutralisée par ses auteurs.
Mis à jour le 15/02/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE