• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Rodion Raskolnikov s’est coupé du monde. Rodion Raskolnikov fuit le monde. Pourtant, le monde, sa famille, ses connaissances le poursuivent jusque dans sa tête. Rodion Raskolnikov ne parvient pas à s’en débarrasser. Parce que Rodion Raskolnikov a assassiné une vielle femme. "Crime et Châtiment".

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 19/09/2003
au 19/10/2003

Du mardi au samedi Ă  20 heures,
Dimanche Ă  16 h 30.
La Cartoucherie - Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manoeuvre
75012 PARIS
Métro Château de Vincennes
Réservations :
01 43 28 36 36
Site Internet
Parfois les mystères du théâtre sont cruels. Tout Ă©tait pourtant rĂ©uni pour que le spectacle de ce soir soit une rĂ©ussite. La pièce de Koltès, Ă©crite par un jeune homme de 23 ans sous l’influence de DostoĂŻevski, est un fleuve dont chaque mĂ©andre est un mystère, un piège, un prĂ©cipice. Rodion est seul, irrĂ©mĂ©diablement. Mais il est seul face Ă  tellement d’autres ĂŞtres solitaires dont la gĂ©nĂ©rositĂ© et le sacrifice le tuent. Sa mère et sa sœur cherchent Ă  expier dans leurs sacrifices orgueilleux la "folie" de Rodion. Mais comment Rodion (FrĂ©dĂ©ric Ferrer) pourrait-il Ă  son tour expier son crime ? Pris dans les paroles biens intentionnĂ©es des autres, dans leurs mots mĂŞmes, Rodion ne peut plus trouver la paix. Procès Ivre est une œuvre en forme de spirale irrĂ©gulière au mystère sans fin.

La scénographie de Marc Berman et la mise en scène d’Anita Picchiarini semblent rigoureusement efficaces. Le public est installé sur des bancs formant un carré autour de la scène à leurs pieds. Les comédiens allant et venant devant eux mais aussi derrière eux dans des jeux de lumières très maîtrisés dont les comédiens assurent eux-mêmes une partie. Dans la lumière et souvent dans l’ombre, des fantômes errants et riants harcèlent un Rodion coupé du monde dans un carré de lumière. Et Aliona (Anne Didon), spectre de l’assassinée, hante la scène avec son accordéon comme elle hante l’esprit de son bourreau.

Chaque comédien semble pris par son jeu dans une transe macabre dont le centre est l’assassin, Rodion. Dansant, riant, hurlant de douleur, aucun d’entre eux ne fait mauvaise figure dans les angles aigus de la scène et du texte. Ils sont généreux et accueillent sans gêne les spectateurs, parfois à quelques centimètres d’eux, dans leur espace de vie et de souffrances. Pascal Henry (Marméladov, Porphyre) aux craquèlements de l’alcoolique ajoute une verve redoutable. Hélène Seretti (La Marméladova) connaît des instants de grâce dans son jeu. Comme chaque comédien, Frédéric Ferrer interprète Rodion en équilibre entre la force et la faiblesse, sans jamais vraiment tomber.

Pourtant, dans ce Procès Ivre, la sauce ne prend pas. Quelque chose d’inabouti, quelque chose d’inassouvi, empêche les spectateurs d’être vraiment comblés. Sans doute que les comédiens n’ont pas encore eu le temps de s’emparer pleinement de cet univers complexe et mystérieux. Pour l’instant le public reste sur la touche, mais s’il n’y a pas de mystère, ce spectacle devrait bientôt connaître l’horizon qu’il mériterait.
Mis à jour le 30/09/2003
VOTRE AVIS
LAMARINOU. un spectacle des plus captivant ! plein de suspense et d'angoisse joué meirveilleusement bien.. on s'y crorait! d'ailleur je m'y suis cru!!!
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE