• Un conte Ă©cofĂ©ministe pour enfants ! Original, inventif, dynamique et questionnant ! Une vĂ©ritable pĂ©pite Ă  aller dĂ©couvrir au ThĂ©o Théâtre.
  • Une vraie prouesse. L'un des meilleurs spectacles pour enfants depuis longtemps.
  • Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Pour la seconde saison consécutive, le Théâtre national de Toulouse programme Short Stories, spectacle réunissant quatre nouvelles de Tennessee Williams : Portrait d'une jeune fille en verre (à partir de laquelle l'auteur a écrit l'une de ses plus célèbres pièces, La Ménagerie de verre), Jeux d'été à trois (première version de La Chatte sur un toit brûlant), Sucre d'orge et Malédiction.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 22/01/2013
au 09/02/2013

Du 22 au 26 janvier, du 29 janvier au 2 février et du 5 au 9 février à 20h, le 3 février à 16h.
TNT Théâtre national de Toulouse
1 rue Pierre Baudis
31000 TOULOUSE
Réservations :
05 34 45 05 05
Site Internet
Avec six comĂ©diens au plateau, un espace Ă©purĂ© et une boĂ®te noire recouverte de bandes de papier blanc sur lesquelles sont projetĂ©es des images – Ă©laborĂ©es par SĂ©bastien Sidanier –, Short stories revisite Tennessee Williams. La metteuse en scène, Agathe MĂ©linand, nous plonge entre théâtre et cinĂ©ma ce qui n'est pas sans rappeler l'inspiration qu'ont pu gĂ©nĂ©rer les pièces de l'auteur amĂ©ricain dans le monde cinĂ©matographique.

Les comĂ©diens entrent sur scène dans une musique entraĂ®nante des annĂ©es quarante. Souriants, s'embrassant, tout en nous regardant, ils se rejoignent pour former le vĂ©ritable portrait d'une famille parfaite baignant dans le bonheur. Et pourtant... les histoires qui vont nous ĂŞtre contĂ©es sont bien loin de cette douce quiĂ©tude. En effet, l'œuvre de Tennessee Williams, largement autobiographique, nous donne Ă  voir une dure rĂ©alitĂ© et des personnages aux caractères nĂ©vrosĂ©s qui, souvent, s'effondrent.

Dans la première nouvelle, Portrait d'une jeune fille en verre, c'est le frère, Tom, qui raconte comment sa sœur reste enfermĂ©e dans sa chambre, Ă©coutant de la musique et soignant ses petits animaux de verre, alors que la mère, Ă  la limite de l'hystĂ©rie, cherche Ă  marier la jeune sœur...

La seconde nouvelle, Jeux d'été à trois, raconte la déchéance d'un homme alcoolique sous le regard d'une veuve complètement dépassée et de sa fille. Puis, dans Sucre d'orge, nous voyons Mr Krupper, vieil homme homosexuel qui a secrètement des aventures avec de jeunes garçons dans l'obscurité d'un cinéma. Enfin, Malédiction retrace le destin tragique de Lucio, ouvrier qui se fait licencier, et de Nitchevo, une chatte qu'il a promis de chérir.

Ces quatre nouvelles sont racontĂ©es et jouĂ©es par les six comĂ©diens. Parallèlement, des images sont projetĂ©es de part et d'autre des murs, enfermant les protagonistes dans l'univers dĂ©peint par l'histoire en cours. S'il y a parfois redondance entre le texte et l'image, cela peut fonctionner. Il y a bien, au dĂ©but, la crĂ©ation d'un espace oppressant renvoyant Ă  la chambre, mais aussi Ă  l'Ă©tat de la jeune sœur qui ne s'occupe que de ses petits animaux de verre. De mĂŞme, Nitchevo, chatte ronronnante, projetĂ©e dans une grandeur dĂ©mesurĂ©e, apparaĂ®t telle une dĂ©esse aux yeux de l'ouvrier Lucio ; avec un regard perçant, elle se dĂ©place en toute lĂ©gèretĂ©, incarnant le mystère et la douceur mĂŞme du fĂ©lin.

Enfin, si l'espace n'est encombré que de deux ou trois chaises, un jeu de croquet dans Jeux d'été à trois, mais guère plus, les transitions entre deux nouvelles restent parfois longues ; changement de costumes, changement de "mobilier"... est-ce aussi utile ? Cela, associé aux projections, renforce l'univers de chaque histoire, mais, en même temps, nous plonge dans quelque chose de peut être trop sophistiqué, propre. Ce pourrait être un bon contrepoint à cette noirceur et cette débauche qui surgissent des textes de Tennessee Williams, mais il y apparaît aussi le risque de nous mettre face à un univers hermétique à l'intérieur duquel il est difficile de rentrer. Tout est est trop beau au détriment des caractères complexes créés par l'auteur américain. Nous aurions apprécié, peut être, quelque chose d'encore plus sobre à certains moments...

Heureusement, les comédiens sont là et, parmi les artifices, leur jeu s'impose et laisse percevoir ces traces de désespoir et de chute...
Mis à jour le 28/01/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE