• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le chef-d’oeuvre d’une compagnie faite d’êtres de bois et de sang. Une histoire d’amour magnifique entre les marionnettistes et leurs marionnettes.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 20/11/2012
au 12/12/2012

DĂ©jazet
41, boulevard du Temple
75003 PARIS
MĂ©tro RĂ©publique
Réservations :
01 48 87 52 55
commander_100x30_02.gif
Le 27 février 1913 démarre la merveilleuse histoire des Marionnettes de Salzburg. Anton Aicher, jeune sculpteur amoureux de musique et d’opéra, présente à ses amis sa version de Bastien et Bastienne de Mozart, qu’il réalise avec des marionnettes. Fort de cette première création qui reçoit un franc succès, et de l’encouragement de ses amis, Aicher décide de poursuivre l’aventure. Cent ans plus tard, après avoir traversé deux guerres, les marionnettistes, leurs marionnettes et la magie sont toujours au rendez-vous. Enrichis par leurs découvertes et de leurs expériences au fil du temps, la compagnie des Marionnettes de Salzburg fait le tour du monde et intègre des artistes de tous les pays. Avec passion et amour, ils créent et donnent vie à des êtres de bois et de fils dans un univers enchanté et enchanteur.

Quoi de mieux que la plus poétique et la plus belle pièce du grand maître William Shakespeare pour cette compagnie hors du commun ?! Le Songe d’une nuit d’été des Marionnettes de Salzburg est une pure merveille ! L'imagination de la troupe ne connaît aucune limite, c’est ainsi qu'elle fait vivre le délire génial et magique de Shakespeare. La pièce traite de toutes les facettes de l’amour, passionné, soumis, affligé, rejeté, ainsi que de tout ce qui en découle comme la trahison, la colère, le sexe... Trois couples d’humains, un père qui s’oppose à une idylle, une fuite dans la forêt, des jeunes gens prêts à tout par amour... A cela vient se mêler dans le monde enchanté de la forêt un roi et une reine en conflit d’intérêt, une fleur magique, des fées, un lutin malicieux, des danses, des chants... Et pour couronner le tout, une troupe d’artisans mal dégrossis qui organisent un spectacle pour les noces du Duc et de la Duchesse.

C’est avec précisions et d’infinis détails que les artistes de la compagnie des Marionnettes de Salzburg font vivre les personnages du Songe d’une nuit d’été. Chacune de leurs créations est étudiée et possède une véritable personnalité. Le travail du monde magique est titanesque tant il est minutieux. Titania et Obéron sont sublimes. Mi-être humain, mi-animal, ils volent, possèdent des ailes pour l’une et une queue de paon pour l’autre. La connotation d’avec les divinités indoue est claire et très juste. Et pour une fois dans les ô combien nombreuses adaptations de la pièce, le page est présent sur scène, ce qui rend vivante et claire la dispute du roi des ombres et de la reine des fées. Puck est un petit diablotin mi-moustique, mi- vampire, vif, drôle, espiègle et attachant. La Cour de la reine des fées au caractère marqué, ou les libellules en opposition avec les serviteurs d’Obéron nous offrent un ballet enchanteur.

Tout est merveilleux dans cette création. De l’ouverture de la pièce sur les mots de Prospéro dans La Tempête : "Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves et notre petite vie est entourée de sommeil", au marionnettiste de fin qui vient sur scène en manipulant Puck pour remercier le public et lui demander sa clémence. Durant 2h30, c’est un rêve que les artistes et le public font ensemble. L’entracte en est même de trop et l’on attend avec impatience la suite de l’histoire.

Les marionnettistes passionnés de Salzburg ont créé un univers à part. La scénographie, mélange de tissus peints pour les différents fonds de scène, de sculptures, d’arbres, de rochers, le lit de Titania, les murs de bois pour la maison de Peter Quince... défilent sous les yeux médusés des spectateurs pour les emmener dans les différents lieux de l’action. Quelle précision étonnante dans leur travail. Du crépuscule aux étoiles, en passant par les biches qui galopent joyeusement, les oiseaux et les bulles qui emplissent l’air... rien n’est laissé au hasard ou simplement survolé.

Quant à la manipulation des marionnettes, elle est telle qu’il semble que les hommes de bois sont vivants. Les soupirs, les regards, les poignées de main, les embrassades sont véritables. Le simple fait de voir une grenouille traverser le plateau est un ravissement. Un marionnettiste interprète un Bottom de chair et de sang. Méconnaissable sous sa tête d’âne, il donne encore plus de vie dans le rapport des êtres magiques, si petits face à cet humain gigantesque. Une idée de génie !

Les voix des personnages, bien distinctes et attribuées à chacun, est un choix parfait. Bien que les voix soient enregistrées en bande sonore, cela n’est nullement dérangeant et l’on ne pouvait imaginer meilleure voix pour chaque personnage.

L’histoire est traitée avec beaucoup d’humour et une pointe de référence à l’univers des dessins animés. Les artisans sont de véritables clowns décalés et si attachants. Leur représentation de La très lamentable comédie et la très cruelle mort de Pyrame et Thisbé vaut un spectacle à elle seule.

La version du Songe d’une nuit d’étĂ© par les marionnettistes de Salzburg est sans conteste une des plus belles adaptations de l’histoire de Shakespeare depuis sa crĂ©ation. Un hommage tout particulier qu’ils rendent Ă  l’auteur par leur travail, leur amour et leur passion. Un pur moment de poĂ©sie, un instant hors de l’espace et du temps qui fait de cette crĂ©ation un chef-d’œuvre et des marionnettistes de Salzburg de vĂ©ritables maĂ®tres dans leur domaine.
Mis à jour le 28/11/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE