• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Shakespeare, Amour, Folie et Rock’n’roll

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 16/10/2012
au 27/10/2012

La Croix-Rousse
Place Joannès-Ambre
69004 LYON
Réservations :
04 72 07 49 49
commander_100x30_02.gif
Site Internet
Après Le Songe d’une nuit d’été, Jean-Michel Rabeux livre sa version de La Nuit des rois de Shakespeare. Légèrement remise au goût du jour, quatre siècles après sa création (en 1601), cette comédie qui oscille entre folie douce et folle mélancolie nous ravit tout simplement.

Si l’intrigue n’a rien de très original pour une pièce de cette époque (un naufrage, un frère et une sœur séparés, des amours non partagées, des retrouvailles impromptues...), la langue de Shakespeare est savoureuse, parfois grossière, parfois subtilement coquine, surtout dans les répliques des personnages les plus populaires ou les plus fous ; et Jean-Michel Rabeux, dans son adaptation et sa traduction du texte, reste fidèle à cet esprit. Les sous-entendus graveleux, c’est bien chez Shakespeare qu’il les trouve, même si sa réécriture moderne force le trait. Les propos à la fois poétiques et délirants, c’est également chez le dramaturge anglais qu’il les prend. Le texte qu’il a écrit et qu’il porte à la scène est donc extrêmement moderne, comique, malicieux et respectueux de l’esthétique shakespearienne.

Cela ne suffit pas, nous direz-vous. Certes, mais le metteur emporte notre adhésion totale parce que ses comédiens sont tous excellents, parfaitement justes dans le registre burlesque comme dans celui de l’ironie, parce que sa mise en scène est très dynamique et parce qu’elle est ponctuée de pertinents intermèdes musicaux. De la musique ? Oui, du rock’n’roll. Les comédiens, également instrumentistes et chanteurs, passent ainsi de leur rôle à proprement parler à celui de commentateurs de l’action ; en chansons, à la manière d’un chœur, ils évoquent l’amour (Everybody needs somebody to love, I put a spell on you...). Les morceaux, remixés, sont toujours choisis en lien avec l’intrigue. Ils nous entraînent dans l’univers de la joyeuse troupe sans nous laisser oublier l’histoire.

Le tout correspond parfaitement à l’esprit du Carnaval dans lequel est censé prendre place la nuit des rois ou "douzième nuit" (titre original de la pièce), celle de l’Epiphanie. Point n’est besoin de masque, on entre volontiers dans la danse et on laisse libre cours à ses fous rires.
Mis à jour le 19/10/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE