• Peut-être réussirez-vous, vous, à vous sortir des pièges brûlants de l’identité ?
  • La musique de Chopin et les mots de Wilde !
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Cette petite femme espiègle perd un peu la tête mais nous émeut profondément.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 08/07/2012
au 28/07/2012

15h50.
Les Lucioles
10, rue Rempart St-Lazare
84000 AVIGNON
Réservations :
04 90 14 05 51
Dulcinée Langfelder interprète Victoria. L'histoire d’une femme de plusieurs printemps, qui aujourd’hui se déplace à l’aide de son fauteuil roulant dans un hospice. Un sujet plutôt triste et morne. Cependant, Dulcinée, avec beaucoup de talent et de génie, nous montre toute la magie et la beauté de cette petite vieille.

Victoria n’a plus toute sa tête. Elle a des hallucinations, se répète, oublie certaines choses, parle aux rideaux ou à son ombre et vit dans son propre univers. Telle une enfant espiègle, elle disparaît et vole les objets, rendant fou l’infirmier qui s’occupe d’elle. L’interprétation de Dulcinée Langfelder est hallucinante ! Avec justesse, précision et beaucoup d’amour, elle interprète une vieille femme que guette la sénilité. Et tout à la fois, elle devient cette belle danseuse au corps magnifique et expressif. Les deux personnages sont fondus et l’on passe de la vieille dame au corps fatigué à la danseuse légère et passionnée avec finesse. On ressent l’immense travail nécessaire à la création de Victoria. Dulcinée explore toutes les possibilités de mouvement avec le fauteuil roulant. C’est une relation passionnelle poussée à son paroxysme avec le tango. Elle hait et à la fois aime ce fauteuil, prisonnière de son moyen de locomotion.

Cet univers hospitalier si particulier à forcement été vécu de près par Victoria Langfelder. Le décor est tout blanc, du sol plastifié, aux grands rideaux amovibles qui permettent de moduler l’espace à sa guise. Les gestes, les attitudes de la vieille femme sont troublants de vérités et de précision. Tout comme la justesse des éléments utilisés (le harnais pour attacher la vieille femme à son fauteuil, les couches, la robe d’hôpital...). De même que la fatigue et l’incertitude de l’infirmier. Le personnel restreint de l’hôpital court sans arrêt pour recommencer inlassablement les mêmes gestes (nourrir les patients, les laver et recommencer). Là encore, le personnage de l’infirmier est interprété avec justesse. Il se questionne, se sent inutile et à la fois continue son travail sans relâche, créant des liens d’affection avec les patients. C’est très touchant.

Les effets audiovisuels sont importants dans cette création. Ils permettent d’obtenir le côté étrange et parfois inquiétant de cet univers. La musique apporte une ambiance de rêve... qui peut se transformer en cauchemar. Les visions de Victoria ne sont pas toujours tranquilles, certaines sont inquiétantes, voire démoniaques. Et puis, l’hospice est un endroit particulier où la mort rode, et les personnes âgées redeviennent comme des enfants. Cet aspect est souligné avec intelligence grâce aux projections vidéo qui glissent sur les grands panneaux de tissus blancs.

Victoria est une performance artistique de très haut niveau qui peut parfois être dérangeante car elle traite d’un sujet sensible. Dans une société où prône le culte de la beauté et de la jeunesse, les personnes âgées sont mises à l’écart, cachées dans des lieux hospitaliers. Elles se retrouvent enfermées dans ces mouroirs, traitées comme des êtres non-pensants, attendant que la mort vienne les chercher. Victoria dénonce avec douceur, poésie et humour cet odieux procédé. C’est là toute sa force et sa magie ! Le personnage de Victoria est attachant et drôle. Dans son délire, c’est directement au public qu’elle s’adresse, allant même jusqu’à nous offrir des échantillons d’urine et des médicaments en les prenant pour du thé et des petits biscuits. De plus, elle est douce et rieuse, même si elle connaît des mots grossiers dans diverses langues. Les langues sont d’ailleurs un élément notable dans ce spectacle qui a fait le tour du monde et qui a été traduit dans six langues. Victoria est italienne, mais elle parle couramment le français et l’anglais ; son infirmier, lui, est russe. Un spectacle multilingue, histoire de ne pas oublier qu'on a, un peu partout, parfois trop tendance à oublier nos anciens.

Bref, impossible de ne pas s’attacher à cette dame au regard espiègle, même si parfois il se perd. Victoria a reçu le prix Luvie Award dans la catégorie meilleur artiste danse et théâtre physique ; ainsi que le prix Herald Angel Award pour le meilleur spectacle du festival Fringe, tous deux à Edimbourg. Ce spectacle magnifique en mérite encore beaucoup d’autres. Dulcinée Langfelder est une grande artiste qui nous fait réfléchir tout en douceur sur un sujet tabou et difficile, mais qui nous touche tous. Bravo !
Mis à jour le 29/07/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE