• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le monde merveilleux d'Irma la douce, entre Pigalle et le pont Caulaincourt

INFOS PRATIQUES
Du 05/10/2001
au 06/01/2002

Opéra Comique
Place Boieldieu
75002 PARIS
Métro Richelieu-Drouot
Réservations :
08 25 00 00 58
Clotilde Courau est Irma la douce, celle que fut Colette Renard au théâtre Gramont en 1956, puis à l'Athénée en 1967, cette jeune prostituée fleurant bon l'innocence et flirtant, la mine toujours candide, avec ses rêves d'amour.

Le monde merveilleux d'Irma la douce, entre Pigalle et le pont Caulaincourt, est un monde chanté, rêvé, tout près du ciel tout bleu de la Butte, non loin d'un café du commerce, peuplé de vagues anarchisants. Les mélodies, guillerettes et naïves, semblent nées d'une province, d'une enfance de Paris, comme unretour à l'âge d'or de la ville, quand elle n'était encore que céleste, "innocente". Le proxénète même incarne l'amoureux jaloux ! La pureté des sentiments résiste aux passes de luxe, à l'horreur de la guerre, aux atermoiements de juges offusqués, comme "s'il ne restait plus qu'à s'aimer", au delà de la fureur. Il se devine par ailleurs, derrière les lignes d'Alexandre Breffort, de grinçantes caricatures de l'époque, mais que la comédie musicale a vite fait de transformer en cocasseries, pour éviter de s'y morfondre.

Marguerite Monnot, qui a composé les musiques d'Edith Piaf, doit se pâmer, de là-haut, à l'écoute d'une Courau, à la voix vibrante et profonde. Arnaud Giovaninetti, dans le rôle du tendre maquereau, fait lui aussi preuve d'un remarquable talent de chanteur. La mise en scène de Jérôme Savary donne la part belle aux danses tourbillonnantes, au son vigoureux de l'accordéon.

Elle transporte le public dans la romance d'Irma la douce, si pleine d'humour et de fiévreuses chansons.
Mis à jour le 29/10/2002
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE