• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Pour Elliot Fall une folle nuit, pour nous aussi.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 29/11/2011
au 30/11/2011

Odyssud
4 avenue du Parc
31700 BLAGNAC
Réservations :
05 61 71 75 15
Site Internet
Le spectacle La Nuit d’Elliot Fall est présenté comme "une comédie musicale déjantée, un joyeux cauchemar gothico-burlesque à la Tim Burton". Certes, cette comédie musicale burlesque est emprunte de folie mais dire qu’elle s’inspire de l’univers de Tim Burton est très nettement exagéré... Précisons tout de même qu'il s'agit d'un spectacle de théâtre musical et non d'une comédie musicale comme l'annonce la communication d'Odyssud. En effet, tout nous laisse à croire que l'on va assister à un show à l’américaine, avec un décor impressionnant et beaucoup de paillettes. Comme nous l'avait confié Olivier Breitman ( [site] ), "c'est un spectacle atypique proposé au public, qui prend des risques en n’offrant pas un spectacle consensuel au départ. Contrairement aux musicals made in Broadway, celui-ci est un vrai style de création de théâtre musical à la française".

Une jeune demoiselle au physique pas très engageant mais à la famille fortunée, se meurt car des fleurs lui poussent sur le corps. Dans un soubresaut, elle hurle le nom d’Elliot Fall, parfait inconnu, qu’il faudra retrouver dans la nuit afin qu’il l’embrasse et, comme dans tout bon conte de fée, sauve la damoiselle en détresse. Ainsi la servante, Préciosa, traverse la ville dans l’espoir de retrouver ce jeune héros qui n’est autre que le croque-mort des alentours. En tant que preux chevalier, épaulé de son amie, gardienne et protectrice Préciosa, Elliot, va devoir surmonter les épreuves qu’ils lui seront imposées sur sa route. De plus, il est traqué par l’affreux et psychotique Comte Lovejoy, celui-là même qui a assassiné ses parents et fît du pauvre Elliot Fall un orphelin dès l’enfance.

Dans cette crĂ©ation originale (et c’est peu dire), on revisite les contes d’une manière audacieuse et Ă©rotique. Ainsi le hĂ©ros croise et fricote avec un petit chaperon rouge qui n’a pas du tout peur du loup, les trois petits cochons sont des macs au nom Ă©vocateur, Cendrillon, une nymphomane fĂ©tichiste des chaussures... Cette dĂ©rision des contes de notre enfance n’est pas sans nous rappeler les dessins d’animations Schrek ou La VĂ©ritable Histoire du petit chaperon rouge. Cette comĂ©die musicale politiquement incorrecte n’est pas pour les enfants. Et les plus grands s’amusent Ă  dĂ©crypter les rĂ©fĂ©rences mentionnĂ©es dans cette œuvre. Des personnages transgenres apparaissent tout au long de l’histoire et Jean-Luc Revol s’amuse avec ces identifications perturbĂ©es.

L’ambiance est certes "gothico-burlesque", et c’est un choix de mise en scène qui ne change pas grand-chose à l’histoire. Aussi est-on déçu de cette comparaison avec l’univers de Tim Burton qui n’a de comparable que l’évocation des costumes et encore. Certes les chansons sont interprétées avec talent mais on est loin du génie de Danny Elfman.

Les acteurs, six en tout qui interprètent tour à tour différents personnages, sont d’un haut niveau. Chanteurs, danseurs, c’est un plaisir de les observer sur scène. Ils sont drôles et généreux avec une belle palette et capacité vocale. Une mention toute spéciale pour Sophie Tellier qui est charmante, voire envoutante et qui nous offre un petit chaperon rouge que personne n’est prêt d’oublier. Olivier Breitman est génial en grand méchant égocentrique et psychotique. Quant à Denis d’Arcangelo, il interprète une fée protectrice rafraichissante et bourrée d’humour, il nous fait bien rire et chacune de ses apparitions sur scène est très attendue et remarquée.

Alors certes, La Nuit d’Elliot Fall manque de grandeur, de décor et de paillettes ; on s’imagine un show à l’Américaine et puis c’est un spectacle drôle, en chansons, bien français ; mais c’est une bonne rigolade. Allez-y pour vous détendre et rigoler, ça fait toujours du bien.
Mis à jour le 05/12/2011
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE