• Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (Ă  partir de 7 ans), d'après les dessins de SempĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




La petite musique de Duras pour dire l’épouvante et l’enchantement de l’écriture.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 17/09/2011
au 07/10/2011

Lundi, mercredi, vendredi à 20h30, jeudi, samedi à 19h, dimanche à 17h (relâche le mardi).
L'Atalante
10, place Charles-Dullin
75018 PARIS
MĂ©tro Abbesses ou Anvers
Réservations :
01 46 06 11 90
Site Internet
"Il y a une folie d’écrire qui est en soi-même, une folie d’écrire furieuse mais ce n’est pas pour cela qu’on est dans la folie. Au contraire." Si vous avez vu La Maison (un montage de textes d’après La Vie matérielle), nul besoin de vous convaincre de voir Ecrire. Même metteur en scène, même actrice, même complicité, même enchantement. Duras est toujours dans sa maison de Neauphle, mais cette fois elle ne nous parle pas de son versant solaire, des soupes et des enfants et de l’homme, elle nous parle de la part terrifiante et magnifique de sa vie, elle nous parle de l’écriture qui la transcenda et la consuma.

Il fallait oser porter Ă  la scène ce texte intime, invraisemblable, obscur et fulgurant Ă  la fois. Tania Torrens le sert avec simplicitĂ© et vĂ©ritĂ©. Peu de place pour le "jeu" – on regrette peut-ĂŞtre que ne soit pas plus théâtralisĂ©es l’ironie, l’autodĂ©rision de Duras – en dehors du passage sur la mort d’une mouche, jubilatoire pour la comĂ©dienne. Passage devenu pour beaucoup d’écrivains, explique le metteur en scène Jeanne Champagne, un symbole, une mise en abĂ®me de l’écriture, "de l’épouvante d’écrire".

Par moments, on imagine Margueritre Duras assise au premier rang tressaillir mais aussi rire d’aise devant ce spectacle... On rit avec elle quand on entend : "On buvait. On parlait beaucoup. On allait dans une sorte de cafétéria grande comme un village de plusieurs hectares. C’était comble à trois heures du matin. Le nom me revient : c’était Parly II."
Mis à jour le 28/09/2011
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE