• François Cavanna livre le récit drôle et émouvant de son enfance de petit italien...
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Jackpot pour André le Magnifique dans un monde merveilleux sur la scène du théâtre Michel

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 09/09/2011
au 31/12/2011

Du mardi au samedi à 21h, samedi à 16h30 et dimanche à 15h.
Théâtre Michel
38, rue des Mathurins
75008 PARIS
Métro Havre-Caumartin (ligne 3-9)
Réservations :
01 42 65 35 02
Site Internet
L’actuel directeur du théâtre Michel, Didier Caron, distille avec raffinement sa passion de l’écriture, laquelle donne vie à de mémorables comédies. C’est dans sa salle au 38 de la rue des Mathurins que Le Repas des Fauves de Julien Sibre fut récompensé de trois Molière en 2011. Didier Caron, un peu magicien, sort de son chapeau André le Magnifique. Une comédie coécrite à plusieurs mains qui brillât sur les feux de la scène dès sa première représentation en 1997. N’obtint-elle pas sept Molière l’année suivante ! Un succès authentique rejoué avec une nouvelle distribution marquée par les présences de Marie-Hélène Lentini, Didier Caron, Didier Constant, Jean Fornerod et Xavier Letourneur.

L’histoire se situe dans une petite bourgade du Gers. Alexis, le maire de Vigoule soutenu par Jeanine son épouse, voudrait remonter une pièce pour sauver le théâtre de la destruction. Cette pièce dont l’auteur est Alexis raconte l’épopée historique du Chevalier Sainte-Germaine. Pour réaliser le projet, le couple demande l’aide de deux employés municipaux. Norbert, homme à tout faire, s’occupera de la régie et de la logistique. André gardera le théâtre jour et nuit et fera le souffleur en coin. Le maire reçoit Jean-Pascal Faix, comédien parisien renommé sur le déclin, pour interpréter le rôle du chevalier.

On ne déroge pas aux bonnes us, les choses ne se passent comme prévues. Didier Constant (le maire) campe un élu soucieux de l’avenir de son petit théâtre. Impliqué dans la sauvegarde de ce fleuron de la culture locale, un doute l’habite et il ne s’affaisse pas quand les répétitions filent à l’anglaise. Ce rôle lui va comme une écharpe tricolore. Une prestation de belle qualité marquée une voix chantant les tonalités occitanes.

Marie-Hélène Lentini (Jeanine, la femme du maire) illustre de son éclat, le reflet de la charmante provinciale accueillante et dévouée. Entre excitation et frustration, elle est tourneboulée par l’arrivée de Jean-Pascal Faix. Pensez, elle va lui donner la réplique dans le rôle de la femme du chevalier. Un rôle sur mesure pour cette prodigieuse comédienne.

Xavier Letourneur interprète un Jean-Pascal Faix exubérant, exigeant et prétentieux. Il véhicule l’image d’une ancienne gloire de la scène parisienne, laquelle va peut-être relancer sa carrière. Sous ses airs de "Grand Monsieur", sa carrière prend le chemin des ordures ménagères. Quelle présence manifestée par une répartie à couper le souffle.

Jean Fornerod (Norbert) joue le bon gars du village. Dans son costume deux-pièces d’ours en peluche qui tire la langue, il accumule les faux-pas et les pitreries. Si le ridicule ne tue pas, le public s’amuse et s’esclaffe sans retenue. Jean Fornerod, un comédien généreux et sincère.

Didier Caron interprète un André débonnaire, niais et naïf. Une joyeuse alchimie des mimiques de Bourvil et des expressions du regard de Jacques Dufilho. Un vrai bonheur pour ce personnage ruralement raffiné.

La mise en scène de Didier Caron, un strip-tease qui déshabille le théâtre amateur et défroque sans pudeur les comédiens professionnels. D’un côté, l’admiration fossilise les noms en tête d’affiche des grandes pièces de théâtre. De l’autre côté, les comédiens du Off jouent avec de maigres moyens, mais déploient une énergie conjuguée à une volonté de percer au cœur des condescendances urbaines de la scène.

Entre lumière et loufoquerie, le décor se distingue par son côté kitch et simpliste. Une mise en scène très réussie autour de cinq comédiens magistraux et tellement vrais.

Pour sur qu’André le Magnifique va faire jaser sur les places et les marchés, car son succès ne fait que recommencer.
Mis à jour le 26/09/2011
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE