• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?
  • Créé en 2014 au festival d’Avignon, ce spectacle met en scène quatre personnages au mal de vivre plus ou moins marqué.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Un barbecue à la campagne, c'est chouette. Mais quand il n'y a pas de saucisses, c'est la catastrophe.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 16/05/2011
au 28/06/2011

Lundi et mardi à 21h30. Relâche exceptionnelle le 7 juin.
Aktéon Théâtre
11, rue du Général Blaise
75011 PARIS
Métro Saint-Ambroise
Réservations :
01 43 38 74 62
Amélie Cornu est une jeune auteure qui trouve les mots justes en posant un regard extérieur sur les situations du quotidien. La qualité de son écriture se définit par des petites phrases simples et convaincantes, des expressions touchantes et blessantes, des sentiments maquillés et amers. Tri(s) sélectif(s) est une pièce d'aujourd'hui qui soulève la question du développement durable chez les jeunes couples. Osmose émotionnelle et conflit d'intérêt porté sur la supériorité matérielle de l'homme sur la femme ne font pas toujours bon ménage. Clin d'œil à la génération de grand-papa et grand-maman. Le fil conducteur des mentalités a évolué en suivant les lacets serpentés de la société. Cependant, la liberté de l'un se conditionne aux exigences de l'autre.

L'histoire de Tri(s) sélectif(s). Pierre (Thomas Baudeau) et Louise (Pauline Savoye) sont sur le départ. Agitation dans l'appartement, les saucisses manquent à l'appel. Ce week-end, le jeune couple a décidé d'inviter Diane (sœur de Pierre, Amélie Cornu) et Max (ami de Louise, François Grolier) à une barbecue-partie à la campagne. Pierre est un jeune chef d'entreprise, soucieux de son image. A défaut de porter le costume trois pièces de patron, l'arrogance, l'insolence et la mauvaise foi l'habillent de la tête aux pieds. Il harangue sa femme comme s'il s'agissait d'une chose mécanique qui doit obéir à la moindre impulsion. Louise, c'est une épouse qui dit amen à tout. Les remontrances de Pierre font mine de ne pas l'affecter. Sa gentillesse quasi surnaturelle lui donne l'apparence des braves filles de la campagne. Le sourire en pointe à pitre exaspère ses proches. Pourtant, il faut toujours se méfier de l'eau qui dort.

Diane, la sœur de Pierre, est une fille qui organise sa vie selon ses convictions éco-citoyenne. Un peu marginale, un soupçon cassante, elle éprouve maintes difficultés de s'accrocher à un garçon. Faudrait-il qu'elle le séduise et le trouve à son goût. Toutes ses aventures pseudo-amoureuses se sont soldées par des échecs qui finissent par lui ternir le caractère.

Max, ami de Louise, c'est l'intello du mini groupe. Prof de latin futur ex-Khâgne, il manifeste son désenchantement pour la campagne. Il est libre Max, il n'est pas libre Max. Libre d'assumer sa condition d'homo, pas libre de s'exprimer comme il le souhaiterait. Il faut préciser que ses amis sont adeptes d'une culture en friche.

Le cercle des joyeux amis devient rapidement au fil de la pièce le cercle des joyeux désespérés. Une barbecue-partie qui tourne en cocotte minute.

Pour tout décor, des cubes en bois blanc feront l'affaire. D'utilité collective, ils sont aisément modulables et transformables en éléments de mobilier intérieur et extérieur. La pièce se construit sur la base de plusieurs saynètes durant lesquelles les comédiens n'arrêtent pas de déménager, gesticuler, se poser quelques secondes et c'est reparti pour un tour de piste. Aux convenances succèdent la malchance, l'intempérance, l'arrogance et peut-être la vengeance. La vraie personnalité des quatre protagonistes se dévoilent dans l'évolution de la pièce. Un streap-psycho très chaud. Les amitiés sont fugaces, les règlements de compte sont cocasses.

Les quatre comédiens jouent des rôles taillés sur mesure car chacun véhicule le reflet de l'individu croisé dans la rue. Des caricatures contextuelles interprétées avec réalisme et conviction. Tout le monde se reconnait dans l'un des traits de caractère exprimé in situ : la bonté, la désinvolture, l'agacement, l'ennui.

La mise en scène ressemble à un jeu de cubes qui se montent et se démontent en un rien de temps. Justement, la trame de l'histoire passe de scène en scène sans ménagement. La musique électro s'acoustique selon la tension dégagée entre deux épisodes. Franck Duarte, le metteur en scène, pose sa griffe avec brio sur un état de fait sociétal qui gagne les jeunes générations et gangrène les relations de couple : on s'identifie à l'autre selon une apparence matérielle librement voulue. La consommation outrancière ouvre les portes d'une nouvelle forme d'isolement psychique, le harcèlement.

Celui qui s'est construit un empire à la force du poignet, a-t-il le droit et le pouvoir d'écraser les autres sur son passage ? La réponse est négative, bien entendu. Sinon, la communication est définitivement coupée dans le couple. Une mise en scène intelligente, contemporaine et raffinée par la qualité du texte exprimé.
Mis à jour le 02/06/2011
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE