• Peut-être réussirez-vous, vous, à vous sortir des pièges brûlants de l’identité ?
  • La musique de Chopin et les mots de Wilde !
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le K Joséphine, un long discours à trois du non être au néant...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Le 20/11/2010
Salle Roquille
3 rue Roquille
84000 Avignon
Joséphine la Cantatrice ou le Peuple des Souris est la dernière nouvelle écrite par Franz Kafka (en 1924). Sur le plateau de la Salle Roquille, avec le concours de trois jeunes comédiennes épatantes, Sylvie Boutley en a fait un très bon spectacle, ce qui pouvait au départ passer pour une vraie gageure. Trois filles, issues du Peuple des Souris évoqué par le titre, parlent de Joséphine, une cantatrice célèbre dont les qualités professionnelles et artistiques semblent aussi éminentes que contestées. Mais les questions, essentielles sans doute, qui se posent sont celles-ci : Joséphine chante-t-elle vraiment ? Ne sifflerait-elle pas plutôt ? Et son public lui aussi à l’unisson... Mais au fond, existe-t-elle vraiment ?

Nos trois filles-souris glosent éperdument sur toutes ces questions en une sorte d’effeuillage langagier dans un discours à trois sans aucun temps mort et parfaitement maîtrisé. Et cet itinéraire en direction de la vacuité totale est souvent d’une drôlerie irrésistible. Les trois comédiennes, Mathilde Dromard, Valérie Paüs et Sophie Rossano, forment un ensemble harmonieux dans et de par leurs différences, et dont les éléments se complètent tout à fait. Vêtues de blouses grises (d’un gris souris !), elles accompagnent leur discours d’une métaphorique déconstruction d’un jeu de cubes... du plus gros au plus minuscule, jusqu’à la découverte d’une simple noix. Et au-delà de la noix une fois croquée ne reste que le vide...

Le questionnement que se fait le spectateur au bout de tout cela a trait à sa propre vision du réel à travers la représentation théâtrale. Celle-ci met ici en abyme tout un faisceau de pseudo certitudes détruites l’une après l’autre par la progression même du récit dramatique et par la mise en scène. Ne reste donc qu’un discours à la fois vertigineux et drôle qui va du non être au néant : la substance même du théâtre moderne.
Mis à jour le 06/12/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE