• Trente-neuf ans de r√®gne : plus que la pr√©sence au pouvoir de tous les pr√©sidents de la Ve R√©publique ...
  • Trio endiabl√© √† la mani√®re d'un vaudeville,¬†
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens d√©jant√©s, des textes dr√īles et percutants, voil√† la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste¬†! Ils puis en tourn√©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle √©bouriffant et dr√īle qui tourne en r√©gion parisienne et en province¬†!
  • ''<i>L‚Äôhomme le plus aim√© des Fran√ßais</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n‚Äôest d√©sesp√©r√©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Alice au pays des Merveilles, un spectacle poétique, musical et comique pour faire rêver petits et grands.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 10/10/2010
au 02/01/2011

Vendredi, dimanche à 14h.
Th√©√Ętre des Vari√©t√©s
7, boulevard Montmartre
75002 PARIS
Métro Grands-Boulevard, Richelieu-Drouot
Rťservations :
01 42 33 09 92
Site Internet
En ce dimanche d'automne, Paris se gante et s'emmitoufle, le froid s'installe sur le pav√© et dans les foyers. Le monde afflue au Th√©√Ętre des Vari√©t√©s pour venir assister √† l'une des repr√©sentations d'Alice au pays des Merveilles, mise en sc√®ne par Jean-Philippe Daguerre. Parents et enfants s'emparent de la grande et belle salle de th√©√Ętre au cachet historique, rouge cire. A vrai dire, les fillettes font le si√®ge ; les gar√ßons, petits et grands, r√™vent cape et √©p√©e, ch√Ęteaux et chevaliers. Clin d'œil √† Robin des Bois, un bien joli spectacle √©galement jou√© sur la sc√®ne des Vari√©t√©s, mis en sc√®ne par Christophe Glockner. D√©cid√©ment au Th√©√Ętre des Vari√©t√©s, les enfants sont princesses et rois.

A deux minutes de l'ouverture du rideau, la sonnerie retentit. Les portables s'éteignent, les yeux écarquillés des petits sont grands ouverts, les papas et les mamans veillent à leur graine, papis et mamies aussi. Alice, c'est un spectacle malice pour toutes les générations à partir de 6 ans.

En préambule, Charlotte invite le public à écouter cette annonce : "Parfois, les parents sont un peu dissipés pendant le spectacle, donc les enfants ont l'ordre de gronder leurs parents". Un rire léger comme la spontanéité enfantine court de fauteuil en fauteuil, de rangées en rangées. Silence, le pesctacle commence.

La musique accompagne l'entr√©e d'Alice en sc√®ne. Petr Ruzicka a compos√© toutes les musiques pour l'adaptation. Le fond du plateau s'√©claire sur la projection d'un ch√Ęteau, un dessin √† l'architecture na√Įve dont le trait int√©rieur vit sous l'inspiration des crayons de couleur. Alice, interpr√©t√©e par Barbara Lamballais, chante ses envies du moment, fabriquer un collier de p√Ęquerettes. A la seule pens√©e de cueillir les fleurs, elle baille et s'endort.

Morph√©e l'accueille dans un monde pas tout √† fait onirique. Le r√™ve entraine Alice dans une chute interminable. Elle se r√©veille endormie dans un pays dont elle ne connait ni le nom, ni la situation g√©ographique. La projection vid√©o du ch√Ęteau a disparu et de nouvelles images d√©filent. Des portes aux dimensions d√©mesur√©es se font jour aux yeux d'Alice. Elle n'arrive pas √† les ouvrir, elle se hisse sur la pointe des pieds pour regarder par le trou de la serrure, ce qu'il y a derri√®re. Ne parvient-elle pas √† entrer dans une pi√®ce imaginaire et boire le contenu d'un flacon qui va lui faire perdre sa taille. Maintenant, elle mesure √† peine quelques centim√®tres.

Dans un coin de la scène, la chatte Dina (Mathilde Hennekinne), nonchalamment assise sur le piano, raconte avec facétie et moquerie la vie d'Alice avant le rêve. Les effets hallucinogènes du breuvage absorbé entrainent Alice dans un tourbillon de visions plus improbables les unes que les autres. Des personnages aussi loufoques que machiavéliques s'invitent dans le ballet de l'imagination débordante de la fillette. Un lapin blanc (Cédric Revollon) intervient régulièrement en conseiller de la Reine (Marion Baglan), laquelle prononce solennellement la sentence fatidique "Couper la tête" de ses sujets encombrants, au terme d'un procès qui n'a jamais eu lieu. Le Roi fait fi des sautes d'humeur de sa cynique moitié et et la suit dans ses déambulations incantatoires.

Alice divague, elle perd pieds dans les tournoiements de la mare de larmes qui glissent de ses yeux. La Souris (Sylvie Cavé), La Cane (Charlotte Matzneff), le Lori (Hervé Laine), le Dodo (Aldo Gilbert) sauvent Alice de la noyade. La Duchesse (Charlotte Matzneff) s'ébroue dans sa cuisine à saupoudrer alternativement de poivre la soupe fumante dans le faitout et le bébé-cochon mécaniquement bercé par sa mère.

Sur la scène des Variétés, le conte de Lewis Carroll librement adapté par Jean-Pierre Daguerre se regarde comme un album en pop-up. Les décors conçus par Christian Gabriel se détachent du quotidien pour se figer dans l'imaginaire des petits et des grands. Les costumes réalisés par Vidock, un défilé de couleurs, de matières, d'enchantement.

"Le pays des Merveilles n'est pas celui qu'on croit. Ce n'est pas le fait d'√™tre grande et petite √† la fois", chante Alice. Tous les enfants r√™vent d'un monde accessible et fabriqu√© rien que pour eux. Un monde o√Ļ les adultes ressemblent √† des pions articul√©s que les petits peuvent manipuler √† leur guise.

De nouveaux personnages apparaissent, la chenille dont les flatulences font chavirer de rire les familles, s'échappent des bulles de... savon, et puis le pigeon qui confond Alice avec un ver, le Valet poisson et le Lièvre de mars, la Simili Tortue marquée par ses années d'école, Mat (Frédéric-Pascal Stein Ducrocq), le Musicien énigmatique et son orgue de Barbarie. Un défilé de comédiens manifesté par la volonté d'éblouir la scène des Variétés.

Il n'y a rien à dire sur la qualité du spectacle, tous les ingrédients sont réunis et la recette a bien pris. Jusqu'à la fin, les yeux de parents et enfants sont emportés dans un déferlement onirique. Le quadrille de homards entame un pas de bisque à deux. Quelle beauté ces costumes. Sylvie Cavé et Charlotte Matzneff les portent à merveille, du sur-mesure signé Vidock.

Alice sort de son r√™ve. "Que je boive ou que je mange, il m'arrive toujours quelque chose", conclue-t-elle. Retrouvera-t-elle sa taille normale ? Barbara Lamballais est √©blouissante de spontan√©it√© dans l'interpr√©tation d'Alice. Une omnipr√©sence marqu√©e par le c√īt√© petite fille sage emport√©e vers un ailleurs qui ressemble davantage au cauchemar qu'au r√™ve acidul√©.

Tous les com√©diens excellent, la magie de la mise en sc√®ne les habille de plusieurs costumes √† tour de r√īle. Un spectacle surprise du d√©but √† la fin. D'ailleurs, vous rappelez-vous de la fin de ce conte ?

Entre le conte √©crit par Lewis Carroll et l'adaptation r√©alis√©e par Jean-Philippe Daguerre, il y a un monde... le monde de l'imaginaire, du r√™ve, de la po√©sie comme seul sait le faire et le proposer aux petits, aux grands et aux tr√®s grands, Jean-Philippe Daguerre. Pensez √† r√©server votre part de r√™ve pour venir au Th√©√Ętre des Vari√©t√©s car ici, il y a une vari√©t√© de bonheur √† partager.
Mis à jour le 28/10/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE