• Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l’école ?
  • Férue de mathématiques, elle fait rêver tous les cancres, car ces mathématiques-là, on les aborde avec joie.
  • Un des chefs d’œuvre du Grand Will : Othello. Ce défi, l’équipe de Jean-Luc Jeener l’a relevé.
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Monologotendance (1) : trois actrices remarquables

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 24/05/2010
au 12/06/2010

Ciné 13 Théâtre
1, Avenue Junot
75018 PARIS
Métro Lamarck Caulaincourt
Réservations :
01 42 54 15 12
Trois femmes puissantes, actrices de grande expérience et d'une richesse intérieure très subtile, exprimée dans une technique parfaite, Agathe Alexis (Maria), Anne de Broca (Lola) et Michèle Simonnet (Antonia) lisent les souvenirs, amours et haines de leur personnage.

La mise en lecture de William Mesguich est sobre et juste, avec seulement deux ou trois effets (fumigènes, bandes jaunes de scène de crime...) pas vraiment utiles mais propres à souligner l'héritage, pourquoi pas.

Ce qui est dommage, c'est que le texte ne soit pas à la hauteur de l'immense talent des comédiennes. Ces monologues de femmes du peuple, qui se sont perdues dans leur vie par leur caractère mais aussi "gagnées" pour avoir résisté, collent trop à une réalité imaginaire. On dirait une vision édulcorée de bobo sur les classes populaires. Il paraît que l'auteur, Charlotte Escamez, s'est inspirée de personnages réels. Mais la manière dont elle les traduit et les fait parler n'a guère de consistance. Pas de finesse du désir, pas de décalage poétique, sauf à la toute fin, comme s'il avait fallu 25' pour muer, pour se débarrasser des peaux de brouillon.

"Tu attendais d'avoir usé ta vie, d'avoir bien mordu ton cœur." ou "Je suis celle que la peine n'aura pas emportée." On ne dit pas de telles choses par hasard, un évident talent est sous-jacent. Mais il demandera encore beaucoup de travail pour affirmer sa puissance, sa voix possible. Être auteur, ce n'est pas s'aimer dans de jolies phrases, c'est savoir aussi se couper, se priver de soi, pour aller plus léger dans le voyage souvent douloureux vers l'essentiel.
Mis à jour le 04/06/2010

  En complément
 À LA UNE Le Festival des Capsules ou formes courtes théâtrales...

VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE