• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




La Bohème de Puccini, en clôture de saison à Monaco

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 16/04/2010
au 27/04/2010

Vendredi 16 (gala), mardi 20, samedi 24 avril à 20h, dimanche 18 avril à 15h, vendredi 23, mardi 27 avril à 20h, dimanche 25 avril à 15h.
Opéra de Monte Carlo
Place du Casino
MONACO MONTE-CARLO
Réservations :
377 98 06 28 28
Site Internet
Et vlan du balai !! Inventif, exigeant, Jean-Louis Pichon (photo ci-contre), qui prend le droit d’innover, d’imaginer et de toujours surprendre, qui en use et en abuse (dans le meilleurs sens du terme), qui a de plus la politesse de respecter le public, de ne jamais ennuyer, présente ce mois-ci au public monégasque, La Bohème de Puccini, en coproduction avec l’Opéra Royal de Wallonie et de Saint-Etienne. Spectacle qui se veut donc novateur dans son approche, coloré, un tantinet réaliste, toujours rigoureux car fait de mille petits gestes et dialogues qui font la vie de tous les jours.

Foin des éternels bohèmes de pacotille crevant la dalle sous les mansardes de Paname. A la place, des bobos-dandys bling-bling, luxueusement installés, jouant la comédie de la misère et prenant conscience des choses de la vie lors de l’agonie de l’héroïne, plus volontaire dans son appétit de vivre que l’éternelle oie-blanche sacrifiée sur l’autel du Mont de Piété.

Encore une fois, cette approche enchantera les uns (dans les costumes de Frédéric Pineau, un deuxième acte aux lumières psychédéliques, vraie débauche de sons, d’animations, de couleurs vives, puis, cerise sur la gâteau, cette valse de Musette traitée comme un show à l’américaine avec boys et escalier... comme au Lido !), ou agacera les atrabilaires de service. Telle une éclaircie rare dans la production opératique d’aujourd’hui, sans violence, sans trahison, sans blasphème.

Toute de tendresse et de vulnérabilité, Inva Mulla chante une bouleversante Mimi. La diva albanaise fait ressortir avec une touchante délicatesse mélancolique, toute l’humanité, toute la vérité du personnage. Sa voix agile, lumineuse dans l’aigu, accroche, comme accroche un timbre suffisamment dramatique pour exprimer les sentiments profonds qui sont les siens.

Surprise de taille également avec Laura Giordano, Musette débordante d’énergie vocale et scénique. Voix chaude, vibrante (les si ont du chien !), jeu de comédienne d’une élégance rarement de mise dans ce rôle.

Le Marcello de George Petean crève l’écran, d’une solide dimension, toujours très précis, très musical. Comment ne pas citer aussi le Colline de Gabor Bretz qui apporta à la "Vecchia zimarra" une émotion dépourvue de tout débordement sentimental ? Il forme avec le Shaunard bien en place d’Etienne Dupuis un drôle de couple équivoque... que l’on dirait prêt à se pacser avant l’heure...

Déception de taille avec Stefano Secco, ténor de classe certes... mais assumant en première partie un minimum syndical indigne de la première scène de la Principauté. Fallait-il l’autoriser à aller se "reposer" en début de semaine à Berlin pour chanter dans Simon Boccanegra ? On retrouva heureusement en fin de soirée, son timbre rare, son élan, sa ferveur, qui font de lui une vraie présence lyrique.

Dans la fosse, Antonino Fogliani privilégie l’élégance du phrasé, la poésie lunaire de la mélodie, l’abandon élégiaque et la sensualité à fleur de peau des amours exprimées. Ce jeune chef ne laisse jamais heureusement dans l’ombre l’aspect tragique de la partition. Les épanchements sensuels des prolétaires protagonistes vont faire longtemps pleurer dans les palaces de la Riviera... Orchestre, chœurs et seconds rôles (Bonfiglio, Vinciguerra !!!) comme toujours impeccables.
Mis à jour le 19/04/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE