• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




C'est un grand classique de la littérature française revu et écourté par Cyril Le Grix. Amour-dérision, crise existentielle, telle est cette intrigue adaptée par l'auteur.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 24/09/2009
au 21/11/2009

Du mercredi au vendredi à 20h30, samedi à 21h, dimanche à 15h, matinée supplémentaire mardi 20 octobre à 18h (relâche exceptionnelle dimanche 1er novembre).
Théâtre Mouffetard
73, rue Mouffetard
75005 PARIS
Métro Place-Monge
Tarif : 22€ / 15€ / 10€
Réservations :
01 43 31 11 99
Site Internet
Molière aurait certainement apprécié ce Dom Juan ridé de beauté des plaisirs succincts de la vie et soucieux de son image épicurienne où le mirage se noie dans les profondeurs obsessionnelles des spectres de la hantise. Personnage toujours vil et peu respectueux de la gente féminine, Dom Juan n'en demeure pas moins touchant d'affectation et de sincérité dans son hypocrisie. Il manie l'art du verbe à enjouer de sentiments fugaces les conquêtes d'un instant. Son penchant exacerbé pour le jupon agace son fidèle valet, Sganarelle. Grand bien fasse à Dom Juan, ne peut-il que constater et acquiescer, dans l'épreuve qui le conduit à partager le quotidien d'un maître grivois et jovial.

Place aux femmes en la personne d'Elvire, in situ. Elle s'embarque en épouse conquise à l'amour dévolu d'un mari éconduit pour chavirer en femme vouée à la conviction religieuse infligée par les arcanes de Dieu. Mariage qui dure un mois, n'a pas de foi. Elvire, aura-telle le dernier mot ? Dom Juan se complaît à embrasser les lendemains d'une jeune et jolie paysanne, Charlotte, rencontrée au détour d'un champ, en lui promettant serment, beauté, amour et noces. Sganarelle, témoin des avances impertinentes de Dom Juan, subit la crise existentielle manifestée par ce dernier. La vieillesse n'a pas eu d'emprise pour Dom Juan dans sa façon de se présenter toujours élégamment vêtu, soucieux de son image.

La voix du Commandeur lui porte un message où le mot est synonyme d'angoisse et de peur. Dom Juan tressaille à l'appel de cette voix venue de nulle part, seulement de sa conscience. L'hypocrisie, le mensonge et la dérision ont vécu. Dom Juan se consume dans un brasier ardent des plaisirs épicuriens d'une vie, d'une vie de tout et de rien. Dom Juan n'est plus.

La mise en scène de Cyril Le Grix conserve les moments clés de la pièce à sa source. La sobriété du décor permet aux comédiens d'occuper tout l'espace. Il leur est possible de déambuler sans se heurter. Fiat lux. La lumière se tamise en halo et jeux d'ombres, à éclairer de mille éclats l'obscurité usurpée au fond de la scène. Un bémol à signaler : les notes de musique aux teintes exotiques ne manquent pas d'air. Mais elles déclenchent un soupçon d'inaperçu car peu en relation avec la pièce. Les silences sont plus prononcés et ne laissent pas d'indice quant à la teneur des répliques suivantes. La diction des comédiens s'avère éloquente.

Cette adaptation de Cyril Le Grix est belle, souple, tragique et prenante. Elle mérite d'être vue de tous les âges.
Mis à jour le 10/10/2009
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE