• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Molière + Labiche = Ostrovski

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 06/05/2009
au 17/05/2009

Du mardi au samedi à 20h, dimanche à 16h.
Les Célestins
4 rue Charles-Dullin
69002 LYON
Métro Bellecour
Réservations :
04 72 77 40 00
Site Internet
Alexandre Nicolaïevitch Ostrovski, dramaturge russe du XIXe siècle, est souvent comparé à Molière. C’est à juste titre en ce qui concerne Cœur ardent (1869) : la jeune Paracha aime et veut épouser Vassia, jeune homme sans fortune, mais son père, riche marchand, rustre et alcoolique, s’y oppose ; aidés par un serviteur espiègle, ils se voient en cachette... Ça ne vous rappelle rien ?... les deux jeunes premiers amoureux, le vieux père autoritaire, le valet rusé... c’est bel et bien du Molière. Oui, mais du Molière auquel s’ajoute un peu de Labiche, ou de Feydeau, comme vous voulez.

L’intrigue se passe effectivement au XIXe siècle, dans la riche bourgeoisie, et Ostrovski nous donne une satire des mœurs de cette société, cupide, grossière et corrompue. L’argent est l’un des thèmes dominants de Cœur ardent, comme dans le vaudeville français de la même époque. C’est lui qui motive les actes de tous les personnages, excepté de Paracha, prête à fuir avec son amoureux. D’où une tonalité comique dominante.

Les protagonistes sont presque tous des caricatures : le bourgeois enrichi mais vulgaire, la bourgeoise bavarde et infidèle, belle-mère acariâtre de surcroît, le gouverneur corrompu... Et les comédiens font très bien ressortir leur ridicule, accentuant la gestuelle associée à ces archétypes, jouant vraiment avec leurs corps. C’est cette dimension visuelle qui est mise en valeur par le travail de Christophe Rauck. Le texte n’étant pas d’une originalité incroyable, il tire la mise en scène vers le comique gestuel et renforce le caractère burlesque des comportements et des situations. C’est la force de ce spectacle. D’autant qu’il est servir par de très bons interprètes.

Cependant, le dynamisme et la bouffonnerie du jeu ne suffisent pas à faire passer les trois heures de représentation. La pièce met du temps à trouver son rythme au début et comporte quelques longueurs sur la fin. Seule la loufoquerie des scènes centrales, au décor kitschissime et à l’humour anachronique (un russe du XIXe siècle qui chante du Johnny ou imite Aldo Macione, par exemple), réveille momentanément le spectateur, mais d’une manière qui semble gratuite et facile. S’il suffit de parsemer de répliques "décalées" une pièce somme toute classique pour accréditer sa mise en scène aujourd’hui et se montrer original, alors c’est réussi ! Toutefois, jouer sur des insertions anachroniques pour faire rire le public à tout prix est une recette facile qui finit par ne plus marcher à tous les coups car déjà maintes fois utilisée : c’est divertissant, certes, mais pas suffisant !
Mis à jour le 08/05/2009
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE