• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



Shirley
Théâtre de La Bruyère (PARIS)
de Shirley Goldfarb (d'après ses carnets)
Mise en scčne de Caroline Loeb
Avec Judith Magre (Molière de la meilleure comédienne 2000)

Shirley nous parle d’une Ă©poque, les annĂ©es 70 avec leur frivolitĂ© et leur insouciance, de Paris, entre Montparnasse et Saint-Germain-des-PrĂ©s...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 19/04/2001
au 31/05/2001

21 h mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi
15 h 30 dimanche.
Théâtre de La Bruyère
5 Rue La Bruyère
75009 PARIS
Réservations :
01 48 74 76 99
Que reste t-il de Shirley Goldfarb ? Une gamme de tableaux monochromes, une aura d'égérie fidèle à ses extravagances, et ces carnets intimes, dans lesquels elle se raconte, puis meurt, en 1980, des suites d'un cancer, à l'âge de cinquante cinq ans. Rédigées aux terrasses du Flore, du Sélect ou des Deux Magots, ces notes annoncent une mort imminente, et c'est toute la vie de l'artiste qui défile, nourrie par une fougue pugnace et un cran insatiable. Judith Magre dit Montparnasse et Saint Germain des Prés, le luxe à fleur de peau et la misère traversée par son personnage. Shirley Goldfrab, c'est aussi la non dupe errante des dîners mondains, des vernissages et des fêtes, les rencontres avec Andy Wharol, Yves Saint Laurent, Francis Bacon, Paloma Picasso, avec ce monde de l'Art en mouvement, qui passe, cruel, en empêchant la nostalgie.

Figure mythique de la scène artistique et mondaine, Shirley est aussi et surtout l'amoureuse de Grégory, son mari et le père de son fils, avec lequel elle s'installa à Paris, dans les années 50.

Judith Magre est sublime dans ce rôle de femme inspiratrice, qui inspire tout sauf la mort, arrivant par surprise, du fond de sa dérision combative et de sa solitude. Shirley, assise à la terrasse d'un café qu'elle chérissait, s'en va lentement sous nos yeux, laissant derrière elle cette fresque de couleurs, de rêves et de personnages...
Mis à jour le 24/10/2002
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE