ET AUSSI
• A la Une. Maria Pacôme nous a quittés, ce samedi 1er décembre
• Zoom sur. Théâtre du Chêne noir (Avignon) : une exigence permanente
• En vidéo. Le jukebox du théâtre
• Texte. Découvrez la pièce Oui, Jérôme, c'est lui

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



 DÉJÀ INSCRIT

Mot de passe

Oublié !

Sélection  
Région   Classer Rechercher  
Spectacles Les Inassouvis

Visiter le site
Répondre
Commenter

Du 19/01 au 17/02 À travers l'itinéraire d'êtres déchirés par leur propre destin, Elizabeth Czerczuk pose un regard sans concessions sur la superficialité du monde et l'aliénation de l'humain. Une épopée en trois actes, surréaliste, tourbillonnante, rythmée par une musique originale, inspirée de l'avant-gardisme polonais des années 1960-1970. Comme dans les trois volets de la trilogie initiale, la folie est au cœur de cette nouvelle création. On y retrouve le personnage éponyme de Matka, une mère manipulatrice sortie d’une pièce de Stanislaw Ignacy Witkiewicz (1885-1939), auteur méconnu en France mais considéré dans son pays comme l’un des pionniers de la modernité artistique. Intellectuel détraqué, fils de cette femme-monstre, Léon et son rire sardonique sont eux aussi de la partie. De même que de nombreuses autres créatures qui officient dans la cérémonie macabre de Requiem pour les artistes. En compagnie de celles qui, dans Dementia Praecox 2.0, démultiplient la névrose du Fou et la Nonne de St. I. Witikiewicz. C’est toutefois une autre histoire qu’elles racontent ensemble. Davantage centrée sur la figure maternelle. Plus proche des racines de la folie. Dans Les Inassouvis, Elizabeth Czerczuk livre ainsi certaines clés de lecture de son univers fait d’enfance et de mort. De guerre et d’une grande tendresse qui se dissimule derrière des gestes d’automates détraqués et des lumières étranges, des mots tranchants, une musique enivrante et sous des vêtements gothico-baroques. Mais chez Elizabeth Czerczuk, le dévoilement ne va pas sans de nouveaux mystères. La succession de tableaux qui composent le spectacle en regorge. Fruit d’une année de travail intense, Les Inassouvis ouvre en effet au T.E.C. un nouveau chapitre artistique dans la continuité du précédent. Très féminin, plein de folie et de solitude. Mais aussi d’amour. "Un rêve hallucinatoire, une expérience cathartique qui unit dans un même élan tout ce qui la compose." Agnès Santi, La Terrasse
PARIS | Ile-de-France
(Annonce valide jusqu'au 11/04/2019)

Conformément à la loi, les petites annonces sont publiées sous la seule responsabilité de leurs auteurs. La rédaction de La Theatrotheque.com se réserve le droit de refuser un texte sans avoir à en préciser le motif. Le cas échéant, merci de nous signaler tout abus, en nous contactant par email.